Qu’est ce que le champ économique ?

 

Le champ économique est un concept qui vient de Pierre Bourdieu mais de quoi fait-il la critique ? Les économistes ont fort souvent une perspective qui n’est pas sociale de leur champ. Les faits économiques sont jugés en dehors des agents qui les produisent. Or, les faits économiques ne sont pas indépendants de ces acteurs. Pour analyser une crise économique ou les choix d’une entreprise, le chercheur peut se servir de théories purement économiques ou de théories sociales qui critiquent ces dernières. D’autres éléments, comme la question de la couleur de la peau[1], peuvent être aussi des indicateurs de richesse et permettre une meilleure mobilité sociale pour l’individu. Les échanges monétaires ne se réduisent ainsi pas qu’aux valeurs de l’argent.

Le champ chez Bourdieu est un microcosme social[2] régi par des normes internes. Ces normes ne permettent pas seulement de mesurer les capitaux économiques mais  aussi le capital symbolique ou le capital culturel. La perspective sociologique de Bourdieu lui permet d’éliminer les critères monétaires pour donner la priorité aux échanges symboliques. C’est ainsi mesurer le marché symbolique plutôt que le marché monétaire. C’est révéler ainsi la construction sociale qui s’opère dans ce marché. Comment s’opère cette construction ? Comment décrire ce type d’échanges ?

Le marché se construit ainsi autour de ce que Pierre Bourdieu appelle Le champ économique. Le champ est régi par les normes et les valeurs que défendent les acteurs du marché. Ce concept que Bourdieu élargie à d’autres domaines comme ceux de la littérature et de la science exacte correspond aussi très bien à celui de l’économie. Ce champ est aussi régi par le concept d’habitus que Bourdieu applique tout en critiquant une conception plus classique de l’Homo economicus qui est déterminé par les lois du marché plutôt que par celles de son champ social. Les enjeux de luttes sont différents des enjeux purement économiques et sont de nature anthropologiques.

Ce sont les prix, les valeurs, qui deviennent des enjeux de luttes et de distinctions entre les entreprises. Les rapports de domination s’assimilent aux rapports sociaux qui caractérisent l’ensemble de la société. Les luttes qui sous-tendent ce marché s’expriment lors de compétitions entre les entreprises ou entre les agents économiques. Elles se mesurent non seulement à leur comportement au sein du marché mais aussi à leur interaction avec les autres agents. C’est la démonstration du capital symbolique de l’acteur économique qui nous permet de comprendre la compétition au sein de ce marché. Cela nous permet de comprendre aussi les stratégies d’intimidation et de concurrences liées au prestige que les analystes économiques ne prennent pas assez en considération.

Fabian Charles

[1]                  VIZAVI #VisaFM, Emission Vizavi: Réginald Boulos (créole), 3313 seconds, [s.l.] : [s.n.]. URL : https://www.youtube.com/watch?v=_t72tnjZIDo. Consulté le 9 octobre 2017.

[2]                  Anne-Catherine Wagner, « Champ », Sociologie, 1 février 2016. URL : https://sociologie.revues.org/3206. Consulté le 9 octobre 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s