Vue d’Afrique : « Haïti (Ayiti) est notre sœur, la première nation africaine du monde »

Salutations, chers toutes et chers tous.

Haïti, Haïti, Terre bienaimée.

Aujourd’hui quand on entend parler d’Haïti, et ce même en Afrique, c’est uniquement sur des sujets de séisme, famine, épidémie, Papa doc, etc. Le peuple haïtien est régulièrement voué à l’opprobre et à la pitié des autres, même des africains, c’est dire ! J’ai été tout particulièrement interpellé par les violents actes racistes anti-haïtiens de la république dominicaine ainsi que les réactions nombreuses qu’elle a suscité. Notamment celle de l’ainé valerymoise camarade: le défi d’être Haïtien. Moi je parlerai du défi d’être Africain (au sens large du terme, sans verser dans de l’essentialisme).

Depuis longtemps, Haïti est traînée dans la boue, au point que peu d’entre nous ici sont au courant de ce que cette île représente pour l’Afrique et les nations « noires » du monde. Je m’en vais le rappeler.

Nous africains, dans notre large majorité, n’avons aucune notion de notre histoire longue. C’est ce qui nous rends bêtes, suffisants et naïfs sur bien des sujets. Fragiles et dangereux pour nous-mêmes quant à l’avenir, inaptes à reconnaitre le danger et les méthodes de l’ennemi. Très peu, très peu de mes frères et sœurs savent le rôle crucial qu’a joué Haïti dans leur histoire, dans leur lutte (dans notre histoire, dans notre lutte). Haïti est l’un des plus beaux joyaux de résistance et de grandeur que le peuple noir a su enfanter, dans la douleur, la souffrance et le sang. Son délabrement actuel, à l’image de mère-Afrique toute entière, est le fruit d’une mécanique brutale, insidieuse, savante, complexe et mortelle. Un piège sans fin, comme dirait l’autre.

Haitian Revolution

Révolution Ayitienne – Crédit: Wikipedia

Ayiti, première Nation africaine et paroxysme de la résistance du « Noir » contre le système esclavagiste.

Ayiti est la première nation africaine moderne ! Moderne au sens historique du terme. Si l’Éthiopie a résisté à la colonisation militaire (mais pas à la colonisation financière), Haïti avait acquis son indépendance et sa libération des années auparavant. C’est la plus célèbre libération d’esclaves par les esclaves eux-mêmes ! Cela en fait légitimement la première nation africaine du monde (Car les esclaves ne sont pas vietnamiens, j’ose le rappeler), donc notre sœur…et d’une certaine façon notre mère. Comme dirait ce cher Eliphen Jean : « Ayiti est africaine ».

La Révolution haïtienne, la seule vraie Révolution.

Il y a eu trois grandes révolutions : La révolution française, la révolution américaine et la révolution haïtienne (je ne fais pas grand cas de la révolution bolchévique). De mon point de vue, c’est la troisième qui est la plus complète. Car même si la révolution française a accouché des « droits de l’homme », il est impérieux de préciser que ces droits ne concernaient ni le nègre ni la femme. Voilà.

Jean-Jacques-Dessalines
Jean-Jacques Dessalines – Crédit:Wikipedia

Seule la révolution haïtienne a clairement affirmé les « droits de l’Homme » au sens et le plus exhaustif du terme. Il convient de le rappeler. Voilà. Précisons aussi que les mouvements indépendantistes d’Amérique latine sont liés à la révolution haïtienne.  Ils ont été permis et stimulé par Haïti. D’ailleurs le très grand Bolivar avait un certain nombre de généraux haïtiens dans son armée. N’eurent été les manigances des Puissances, Bolivar aurait formé une grande nation Latine, mais les américains ne voulaient surtout pas d’un puissant et grand état « libre » au Sud de leurs frontières. Ils ont donc fait le nécessaire pour faire capoter les projets d’unification. Ce sont les caprices de l’histoire. Voyez-vous, c’est ça Haïti !

Haïti, la liberté au prix fort

Je suis de ceux qui pensent que cette nation paie encore jusqu’aujourd’hui au prix fort l’audace et l’efficacité avec laquelle elle a arraché sa liberté de la gueule des rapaces esclavagistes.

Menés par Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines, les « noirs » de Saint-Domingue (Ayiti) ont vaillamment tenu tête aux armées de toutes les puissances esclavagistes de l’époque (Français, Anglais, espagnols, américains). La France, notamment, a été tenue en échec à la légendaire bataille de Vertières (Je rappelle que Napoléon avait rétabli l’esclavage. Il avait rétabli l’esclavage !).

Toussaint Louverture par Pierre-Charles Baquoy
Toussaint Louverture – Crédit: Wikipedia

Haïti a souffert, mais pas pour Haïti seule, elle a souffert pour et au nom de toute l’Afrique. Comme dirait J.H. Clark, ce serait bien qu’on se rappelle non pas seulement là où le bateau nous a déposé mais aussi là d’où il nous a emporté.

Des réparations oui, mais pour les négriers 

Le plus immoral dans cette histoire, c’est que les haïtiens dû payer les négriers. Oui, les propriétaires d’esclaves ont estimé que la libération des esclaves était une perte pour eux et qu’ils devaient être « dédommagés ». Le remboursement de cette dette colossale est le début du cercle vicieux qui a plongé Haïti, de proche en proche, dans l’abime qu’on connait. Même si on admet l’existence des traitres, les pressions extérieure ont été très déterminantes, comme toujours. N’oublions pas que les puissances ont tout fait pour châtier sévèrement Haïti et en faire un exemple. Ça a très bien marché, c’est le cas de le dire.

C’est ce cher Napoléon qui a donné le « la » d’ailleurs :

 « Ma décision de détruire l’autorité noire à Saint-Domingue n’est pas tant pour des considérations de commerce et d’argent, mais plutôt à cause de la nécessité de bloquer à jamais la marche des noirs dans le monde » (Napoléon Bonaparte)

Jacques-Louis David - The Emperor Napoleon in His Study at the Tuileries - Google Art Project 2
Napoléon Bonaparte

Si ça ce n’est pas mignon !

En étant suffisamment cynique et stratège, on peut comprendre ce choix : car il ne fallait surtout pas laisser une nation « nègres » prospérer. Cela aurait fait tache, dans le cadre d’une domination blanche du monde.

Pour finir… la question du vaudou et de la « malédiction » d’Haïti.

La christianisation et l’islamisation de l’Afrique a poussé nombre d’Africains dans un intéressant état de schizophrénie par rapport à certains sujets. Quand j’étais encore « dans la matrice », j’ai entendu et parfois validé passivement bien des inepties sur Haïti. Suite au séisme d’il y a quelques années, je me rappelle un imbécile bigot inculte et aliéné de pasteur qui déclarait sur les ondes que si Haïti subissait tour à tour famines, épidémies, tremblement de terre etc. c’était parce que ce pays était adepte du vaudou. Qu’il s’était détourné de Dieu, c’est une idée assez largement partagée… Quand j’y repense aujourd’hui, ça me donne une profonde envie de vomir. Comment avons-nous peu tomber aussi bas ?

Loin de considérer ce culte ancestral comme une malédiction, je dirais même que la formidable sauvegarde du vaudou rend Haïti d’autant plus précieuse. Parce que si les chrétiens ont le droit de croire qu’un fils de charpentier à Nazareth est né d’une vierge, a marché sur l’eau et est blond comme un norvégien…je crois que tout le monde a le droit de croire en ce qu’il veut!.

A certains égards, les haïtiens sont restés beaucoup plus authentiquement « africains » que nous (au sens qu’ils ont profondément conservé des traditions africaines d’il y a trois voire quatre siècles. Ils les ont préservées précieusement, car on est beaucoup plus enclin à sauvegarder ses souvenirs quand on est « loin de sa maison ». Alors que nous, n’ayant pas été « dépaysés », nous avons été quelque peu plus perméables aux apports exogènes. Tout ceci reste discutable, mais dans la globalité, c’est opérant)

Créoles

Le vaudou est une formidable ressource spirituelle et idéologique, c’est lui, en partie, qui a permis aux esclaves de se libérer par eux-mêmes ! Et de ne pas attendre un certain Victor Schœlcher qui arrivera en retard avec son fameux décret. Pour cela je ne peux que rendre hommages aux trons, ou au loas, comme on dit là-bas.

Pour ceux qui joueraient les puristes chrétiens ou musulmans je rappelle que le christianisme a été imposé de force, dans le sang, aux esclaves dans le but de les rendre plus dociles et soumis aux maitres « blancs ». Et que la traite négrière transsaharienne qui a duré treize siècles a été à l’instigation et au profit des arabes et musulmans (Attention ! Je ne crache pas sur ces religions, ce serait trop simpliste et risible ; je dis juste à tous ceux qui pensent que Dieu ne parle qu’à eux seuls d’en rabattre un peu et de laisser le vaudou tranquille ou d’aller se faire voir ailleurs si ça leur chante !).

Ce n’est pas le vaudou qui a condamné Haïti, non. Il y a bien quelque chose qui a juré la perdition de cette nation, mais ce n’est pas le vaudou.

haiti-afriqueNous avons un destin commun

Je rêve d’une grande fédération. Une unité panafricaine transcontinentale qui regrouperait les nations et peuples africains et afro-descendants aux quatre coins du monde. Par la force des ancêtres, un tel rêve verra le jour. Dans un tel bloc, Haïti aurait incontestablement une place de choix (je ne cesse de le dire: le première nation africaine). J’ose le dire très solennellement enfin, toutes proportions gardées nous avons un destin commun.

J’aime à penser que nous y réfléchirons à deux fois avant de hocher piteusement la tête la prochaine fois que nous entendrons le nom « Haïti ». Elle est notre sœur, notre mère, notre camarade de route. Car c’est bien un commun destin qui nous lie, pour le meilleur et pour le pire, à plus d’un titre.

Bien à vous

A.R.D-A.

Depuis le Togo


Logo_suivez_nous_facebook

14 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je ne saurais laisser passer sous silence en moi une telle provocation legitime! Pour ma part, apres avoir eu non seulement le privilege de fouler notre sol Africain, que je considerais toujours comme notre Alma Mater, aujourd’hui, je suis venu a decouvrir a travers ce document une autre dimension de notre appartenance a la Terre Africaine.

    Je n’oublierais jamais quand je laissais Afrique pour retourner en Amerique que je leur avais promis d’etre l’Ambassadeur positif de cette terre qui nous a vu paraitre. Au point qu’en empruntant le vol vers l’Amerique du Nord, j’ecriais bien haut a qui voulait l’endtendre au cas ou ma Terre Natale Haiti n’etait pas pres encore a me recevoir, je me preparerais a retourner chez moi, vers le Continent Africain dont je n’ose pas oublier notre appartenance. Aulourd’hui encore, apres avoir lu cet article je n’arrive pas a comprendre comment nous nous sommes aussi eloignes d’esprit et de corps. Je pense que le moment est venu pour un nouveau raprochement de ces deux entites nobles de l’Histoire. Oui, ils feront tout en leur pouvoir pour nous diviser, cependant, ils n’oubieront jamais que nous nous tisses et soudes l’un a l’autre et que personne au Monde ne peut nous en departir l’un de l’autre. Maintenant a la retraite en Amerique, je suis pres a rebrousser le chemin pour une nouvelle episode de ma vie, d’Haiti, et d’Afrique et les autres peuples Noirs de la Planete.

    Comment oublier toujours cet accueil combien emouvant lors de mon arrivee en Ethiopie. Ce lendemain matin, quand je devrais pour la premiere fois etre presente a cet illustre Groupe d’Hommes et Femmes Intellectuels et professionels capable d’envisager la destinee de leur Pays et de ce Grand et Fameux Continent contraire a ce que l’on nous faisait croire de l’Afrique a l’ecole de l’autre cote de la Planete. Quelques minutes apres c’etait le tour du Doyen de OUA(Organisation de l’Unite Africaine} de me presenter comme etant un Americain venu du Nord. Et en reponse a son elogieuse presentation en ma faveur, je repliquais qu’en realite j’arrivais de l’Amerique comme detenteur d’un Passeport Canadien alors, mais bien je suis d’Origine Haitienne. A m’entendre, la toute assemblee s’etait mise debout pour m’ovationer en declarant par le presentateur que « J’etais un fils d’Afrique ne pas erreur en Amerique mais bien de retour pour servir avec mes freres et soeur sur la Terre qui m’a vu naitre » et que Je serai un second Moise pour le Continent!

    Pierre C. Deshommes,Consultant
    SDA Church Missionary Retiree
    International Development Specialist

  2. Moise dit :

    J’ai lu ton article avec beaucoup d’attention frère. J’en suis sorti grandi. Merci infiniment!

  3. « Je rêve d’une grande fédération. Une unité panafricaine transcontinentale qui regrouperait les nations et peuples africains et afro-descendants aux quatre coins du monde. Par la force des ancêtres, un tel rêve verra le jour. Dans un tel bloc, Haïti aurait incontestablement une place de choix (je ne cesse de le dire: le première nation africaine). » Je dis ces même paroles depuis 20 ans déjà. T’inquiète, nous allons réaliser ce rêve. Je suis un Haïtien vivant au Canada et je pars bientôt en Haïti pour apporter humblement ma contribution à ce projet.

  4. Si on connait plus ou moins la Kabbale et l’histoire des Templiers,on pourrait aisément se faire une idée plus digne de notre histoire.Ces croisés,après avoir pillé et enflammé la Bibliothèque d’ALEXANDRIE,de retour en Europe,ils s’étaient mis à traduire les écrits de nos ANCÊTRES.Delà,c’était le galvaudage,la falsification,la galvanisation et le blanchisse-
    ment de nos écrits,histoires,valeurs,car l’homme ne crée pas de valeurs.Ils peuvent les influencer.Delà aussi,c’était la naissance du Catholicisme au 2ème siècle (le mot Église est un néologisme),et plus tard en 1717,c’était l’institutionnalisation de la Franc-Maconnerie,venant directement de l’ancienne Égypte La Corne de L’Afrique.Car à cette époque,l’Afrique n’avait pas encore été balkanisée.Tous les pays européens avaient presque connu l’esclavage.Les peuples Slaves, les Irlandais,des milliers d’habitants de Corinthe furent vendus à Rome et des milliers de Gaulois ou de Puniques en subissaient le même sort.Sans compter les transportations massives de population de Nabuchodonosor et de Sargon etc…De telles articles ne font qu’assaisonner le goût de l’histoire de notre Peuple,de notre religion fondamentale et originelle,sans OGM…….

  5. V.K.ADONIS dit :

    J’ai été profondément touché par cet article d’autant plus que je suis un haitien. C’est une immense douleur de voir à quel point mon alma mater est traînée dans la boue.

  6. RAI dit :

    Merci pour cet article!

  7. M. Boyer dit :

    Très bel article sur l’histoire d’Ayiti.

    1. Petrson Saint felix dit :

      Mr Boyer, je ne sais pas si vous l’avez fait en connaissance de cause mais en écrivant  » très bel article sur l’histoire d’Ayiti » je rêve du jour, et je travaille pour qu’il arrive, le jour ou le nom de mon Pays s’écrira dans la langue originale des TAINOS « AYITI ». A quoi bon traduire AYITI en HAITI. Le travail de désinformation est flagrant. BRAVO Mr Boyer et Chapeau au rédacteur de l’article.

  8. L’article fait des constats très profonds et intéressants. Je suis Ayisien (Haïtien) et trouve l’article particulièrement raffraichissant et réconfortant sur bien des domaines. Tous mes remerciements à l’auteur. Ce serait un honneur que vous puissiez visiter ce petit coin de terre Africaine au milieu de la mer Caraïbe et nous raconter votre constat. Dans ma langue maternelle, je vous dis « onè respè » (la façon de saluer et montrer nos gratitude et notre respect « honneur et respect).

  9. Bendel Joseph dit :

    Merci pour ce bel article!!!

    L’histoire de mon pays est indiscutablement liée a la terre mère, et son avenir l’est tout autant.
    Cette prise de conscience qui s’enracine et bourgeonne sur le continent me réjouit au plus haut point. J’ai ce sentiment infini que notre ère est arrivé; que le soleil de nos ancêtres commence tranquillement a illuminé l’esprit de frères et sœurs.
    Merci encore…

  10. Aya N'da dit :

    Autant d’intelligences écrites sur Haîti réjouissent mon coeur d’africaine vivant aux Antilles…. particulièrement le pamphlet sur la religion…

  11. Votre article sur Haïti est très apprécié. Sa profondeur et son intensité, par les mots poour l’ecrire et pour le dire, viennent me prouver qu’entre le Togo et notre pays existe vraiment une grande amitié. J’espère qu’il remontera le moral de tous nos compatriotes qui ont et auront la chance de le lire. Par nos efforts, nous essayons toujours de rafraîchir ces liens pour qu’ils ne soient pas taris. Je vous fais de grandes accolades aussi loin que je sois.

  12. Pierre Michel Chéry dit :

    On ne peut pas comprendre le peuple haïtien dans sa profondeur si on ne connaît pas la philosophie dans laquelle le peuple haïtien s’est forgé. J’invite tout un chacun à chercher sur Google le texte en créole « 12 prensip Bwa Kayiman », les 12 principes du Bois Caïman pour plus de détail. Tout de même, je vais essayer de vous présenter quelques uns de ces principes :
    1) » Tout moun se moun, pa gen moun pase moun. » Ceci n’est pas traduisible en français, mais il peut se comprendre comme suit : aucun homme n’a plus de valeur qu’un autre homme.
    2) « Si gen pou youn, gen pou 2, sonje moun ki dèyè. », en français cela signifie, « si une personne peut en trouver, il doit y avoir pour une deuxième personne, penser aux absents. » C’est un principe de solidarité qui est pratiquée dans la vie courante dans l’expression « manje kwit pa gen mèt », « la nourriture cuite est à celui qu a faim »
    3) « Tout moun adore bondye jan li konnen ». En français, cela se traduirait par « Chacun adore Dieu à sa façon ». C’est le principe de la tolérance.
    4) « Sa nou pa konnen pi gran pase nou. » On ne peut pas opiner sur ce qu’on ne connaît pas. On peut voir que les occidentaux se sont donnés le droit de diaboliser tout ce qu’ils ne comprennent pas.
    5) les autres principes parlent d’équilibre, de modestie et de mémoire de l’esclavage.
    Ces principes ont permis à un peuple consititué de plus de 21 ethnies à se créer une religion tolérante, une vision non manichéenne du monde, une vision du monde fondée sur l’égalitarisme. Malheureusement, ces valeurs toujours présentes dans l’espace paysan, disparaissent devant le prosélytisme venu des États-Unis d’Amérique,

    Pierre M. Chéry

    1. Merci pour le link sur les principles du Bois Caïman. Je veux croire que le rendez-vous du Bois Caïman est l’ un des tournants les plus remarcables de tant de l’histoire de notre indépendance que notre culture de peuple. Malheureusement on en profite si peu de cette source de fierté de l’essence et de notre humanité même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s